Perte de dents postérieures et le redressement de molaires 2

  • La perte d’une dent postérieure (molaire), condition relativement fréquente chez les adultes, entraîne souvent une bascule et migration des dents adjacentes et opposées en permettant aux autres dents de se déplacer vers l’espace édenté.
  • La perte d’une dent n’est jamais sans conséquences. Des études ont démontré qu’il y aura une perte de 50% du niveau de l’os qui supportait la dent dans les 12 mois suivant l’extraction dont le 2/3 se produira lors des 3 premiers mois. Le remplacement des dents est donc essentiel pour préserver le maximum d’os alvéolaire. La perte d’os alvéolaire est cumulative et irréversible. (Schropp et Al.)
  • Suite à l’extraction d’une dent inférieure, les dents supérieures, n’ayant plus de contact opposé, peuvent s’allonger (extrusion) et les dents adjacentes peuvent s’affaisser dans l’espace.
  • Ceci peut causer, à moyen ou long terme, des interférences néfastes entre les dents pendant la fonction, ce qui peut mener à de l’usure, des bris de dents, des problèmes fonctionnels ou articulaires et une perte de tissus supportant les dents.